MESURE


MESURE
MESURE

DÈS qu’un phénomène d’apparence bien définie est justiciable d’une quantification, de manière répétable et suffisamment précise, il est considéré comme une grandeur . On peut caractériser son état ou son intensité par un nombre ou valeur et faire participer le phénomène à cette mathématisation du réel qui nous élève au-dessus de la perception qualitative et qui seule permet la science. Tel est le premier rôle, fondamental, de la mesure en son sens le plus large.

Le niveau le plus simple est le dénombrement appliqué à un groupe d’objets ou à une succession de phénomènes tenus pour identiques (par exemple, les gouttes d’un liquide). Vient ensuite la définition de l’égalité et de l’inégalité ordonnée (face=F0019 麗 ou 礪) de deux grandeurs de même espèce. On peut ainsi repérer des valeurs d’une grandeur et les ordonner selon une échelle numérique par rapport à une valeur stable prise comme point de repère (par exemple, la température d’un corps par rapport à celle de la glace fondante). Enfin, au sens plein du terme, la mesure demande qu’on sache définir la somme de deux grandeurs de même espèce ou de deux valeurs d’une même grandeur. Cette espèce de grandeur est dite additive. On choisit une certaine valeur comme unité et l’on mesure la grandeur par le rapport entre la valeur observée et la valeur unitaire.

En physique, cette opération est tributaire des instruments de mesure et des techniques qui les mettent en œuvre. En outre, elle peut être troublée par des phénomènes parasites qu’il n’est pas toujours possible d’éliminer. On ne peut donc attribuer une signification objective à une mesure qu’à condition de définir le degré de précision et de fidélité de l’instrument ainsi que la marge globale des erreurs et incertitudes intervenant dans l’opération de la mesure.

Pour s’en tenir ici aux aspects les plus généraux et les plus topiques des problèmes propres à la métrologie, on rappellera que la précision (au sens le plus complet) d’un instrument de mesure exprime la capacité que cet instrument a d’approcher la valeur «vraie» de la grandeur mesurée; cela globalement et statistiquement, c’est-à-dire en intégrant diverses qualités comme la sensibilité, la fidélité, la mobilité, la facilité de lecture, accessoirement la justesse (dont on peut se passer si les autres qualités sont réunies, grâce à divers artifices comme la double pesée, par exemple, pour les mesures de masses). Chaque appareil est ainsi caractérisé par sa classe de précision dont le chiffre indique directement à quel multiple, ou à quelle fraction d’une graduation lue sur l’échelle de l’instrument on peut se fier en toute sécurité. Le degré de précision dépend, certes, de la qualité de l’appareil utilisé, mais aussi de la méthode mise en œuvre pour effectuer la mesure. On peut considérer deux grandes catégories dans les manières d’opérer, conduisant à des ordres de précision très différents: la méthode directe et la méthode dite de zéro ou d’opposition. Avec la première, la précision est celle même de l’instrument, souvent assez limitée relativement à la grandeur mesurée. Avec la seconde, qui ne peut s’appliquer qu’aux grandeurs additives, la précision relative est beaucoup plus grande. Elle consiste à mettre en opposition la grandeur mesurée et une grandeur (étalonnée) très voisine dont la valeur est connue avec un degré de précision supérieur à celui qu’on recherche, et à mesurer la différence entre ces grandeurs. La précision obtenue sur cette différence, qui est petite, devient très grande relativement à la grandeur mesurée. Ainsi, par exemple, un potentiomètre met en opposition deux tensions électriques, dont l’une étalonnée au moyen d’une pile-étalon. Ou encore, pour mesurer une masse avec la plus grande précision, on l’oppose à une masse connue très voisine. On commence par constituer cette dernière en utilisant une balance de haute précision de type normal, au moyen d’une masse-étalon un peu plus petite que la masse inconnue, en atteignant l’équilibre avec de petites masses étalonnées. On peut, par une opération de ce genre, obtenir une précision de l’ordre de quelques dixièmes de milligramme sur un kilogramme. Quand l’équilibre est apparemment atteint, on sait que la masse connue diffère très peu (de moins de 0,5 mg pour un ordre de grandeur de 1 kg) de la masse inconnue. On met alors ces deux masses en opposition sur une balance spéciale du Bureau international des poids et mesures, dite «balance à bras égaux de premier ordre», qui ne peut comparer que des masses différant de moins de 0,5 milligramme. Cet instrument est capable de déceler leur différence avec une précision extrême. La précision finale dépend aussi de celle de l’étalon utilisé. Avec un étalon de un kilogramme, dont les copies sont sûres à quelques microgrammes près, et en procédant par double pesée (c’est-à-dire, ici, en intervertissant les masses), la précision peut atteindre un microgramme, soit un milliardième en valeur relative.

Dans le domaine des mesures de longueur, on atteint, avec des comparateurs faisant appel à des phénomènes optiques d’interférence, une précision de l’ordre du dix-millionième, soit le dixième de micromètre sur un mètre. On doit alors veiller à ce que les variations de température restent inférieures au centième de degré afin d’éviter les erreurs dues à la dilatation des étalons, eux-mêmes connus avec une précision atteignant le cent-millionième.

Les mesures du temps et des fréquences sont celles où l’on atteint aujourd’hui la plus grande précision. Avec une horloge atomique au césium [cf. HORLOGES ATOMIQUES], utilisant un phénomène de résonance hertzienne entre deux niveaux atomiques, on obtient une précision de 10-14 (moins d’une seconde de variation sur trois millions d’années, si l’horloge conserve sa fidélité sur une période aussi longue).

La précision d’un instrument étant bien déterminée, il reste à évaluer les erreurs dues à la mesure elle-même. Elles sont très diverses: les unes dues à des facteurs dits d’influence eux-mêmes mesurables (température, pression, degré d’humidité, champs magnétique et autres); d’autres, dues à des facteurs systématiques qu’on peut étudier (hystérésis, traînage); d’autres, encore, à des grandeurs parasites, ou «bruits», incorporées à la grandeur mesurée (bruit de fond, bruits de récepteur, bruit d’amplificateur, etc.), pour lesquelles on peut évaluer le rapport signal/bruit; d’autres, enfin, aléatoires (vibrations, courants d’air, contacts électriques instables, par exemple), sans compter les erreurs imputables à l’observateur et qu’on peut réduire par des répétitions. Les erreurs aléatoires donnent prise aux méthodes de calcul statistique. Après un nombre suffisant d’opérations répétées de mesure, il est possible de rapporter les résultats à une courbe en cloche du type de celle de Gauss.

L’évaluation de toutes ces erreurs et de leur résultante constitue le calcul d’erreur ou d’incertitude qui doit accompagner l’énoncé du résultat. On peut inclure le degré de précision et de fidélité de l’instrument de mesure dans les données du calcul et obtenir ainsi finalement l’ordre de grandeur de l’approximation réelle de la mesure. On dira, par exemple: telle masse, mesurée dans le vide, a une valeur de 0,58133 kg, à 0,01 g près. L’erreur absolue et l’erreur relative étant, au plus, respectivement de 0,01 g et d’environ 1/60 000. Pour les mesures précises, il est en outre nécessaire d’indiquer les valeurs des facteurs d’influence et leurs limites de variation, avec, au besoin, un tableau de corrections.

Ces généralités sont valables pour les mesures faites sur des grandeurs macroscopiques. Pour des grandeurs microscopiques, les conditions de la métrologie ne sont plus les mêmes. Non seulement il est plus difficile de constituer des instruments de mesure, et leur degré de précision devient moins satisfaisant à mesure que la grandeur étudiée devient plus petite, mais il arrive un moment où l’acte même de mesurer perturbe la mesure. Par exemple, on ne peut plus utiliser de phénomènes lumineux pour mesurer un objet dont les dimensions sont très inférieures à celles de la longueur d’onde utilisée (laquelle est de l’ordre, en moyenne, du demi-micromètre). Bien plus, lorsqu’on approche des dimensions des particules élémentaires, la constante de Planck 寮 intervient et la limite de précision de la mesure simultanée de certaines grandeurs est imposée par la relation d’incertitude de Heisenberg qui les lie:

pour la position x et l’impulsion p ;

pour l’énergie E et le temps t , avec

Ces relations signifient que si, par exemple, l’impulsion d’une particule est très bien déterminée, l’imprécision sur sa position devient très grande; et inversement, en conséquence, aucune expérience de physique ne permet de connaître la trajectoire exacte de la particule sans perturber son mouvement. La notion même de mesure perd tout son sens.

En mécanique quantique, la notion de grandeur mesurable fait place à celle d’une distribution de valeurs affectées chacune d’une probabilité. Également, pour les phénomènes à l’échelle des limites de l’Univers connu, les étalons de temps, de longueur et de masse sont modifiés par la théorie de la relativité. On doit s’aider de modèles dont on détermine abstraitement les structures (cf. détecteurs de PARTICULES, mécanique QUANTIQUE). Là aussi, la notion habituelle de mesure se trouve dépassée. La physique sonde ses propres limites.

Les caractères principaux de la mesure dans les sciences expérimentales et ses limites étant ainsi esquissés, on rappellera brièvement son histoire, qui se confond avec celle de la science.

Tout a commencé par le comptage. Dès le Paléolithique supérieur (30 000 ans avant notre ère), les hommes de Cro-Magnon marquaient des entailles sur les parois rocheuses. À Vestonice, en Moravie, on a trouvé un radius de loup comportant cinquante-cinq encoches en deux séries arrangées par groupes de cinq. Mais le génie humain ne pouvait que piétiner faute de concepts fondamentaux et de la moindre possibilité de mesure véritable. Le temps seul avait un semblant d’unités: le jour avec le Soleil, le mois avec la Lune, l’année avec les saisons.

L’ancienne Égypte et la civilisation sumérienne (Mésopotamie) nous font entrer, semble-t-il, dans le premier âge de la mesure, il y a quatre à cinq mille ans. La science égyptienne est encore empirique et qualitative, démunie de tout système cohérent de mesures. La métrologie babylonienne est sensiblement supérieure par sa cohérence fondée sur la sexagésimalité. Coudée, ga, mine (unités de longueurs) commandent des systèmes de multiples et de sous-multiples.

Le «miracle grec» (VIe et Ve siècle av. J.-C.) est plus théorique qu’expérimental. «Les nombres sont les modèles des choses», disait Pythagore. Mais les instruments de mesure évoluent peu. La science est très conceptuelle. Les Romains, au génie soit littéraire ou juridique, soit pratique, mais jamais scientifique, ne font guère avancer les choses. Et, jusqu’au XVe siècle, il n’y aura pas d’instruments de mesure précis. Vers la fin du Moyen Âge, plusieurs excellents esprits secouent le joug de la scolastique. Petrus Pellegrinus (XIIIe siècle) déplore dans son De magnete l’absence d’une collaboration entre la logique discursive et l’habileté manuelle. Jean Buridan expose vers 1330 des vues fort réalistes touchant la chute des corps, tout en restant, par ailleurs, un des tenants les plus convaincus du nominalisme scolastique. Il n’y aura pas de révolution scientifique au XIVe siècle. C’est la Renaissance qui va relancer la science et son outil primordial: la mesure.

Se déprendre de la science livresque, la rénover à la fois par l’expérience et par le langage mathématique, c’est ce que l’encyclopédisme de la Renaissance va fortement commencer. Dès 1440, Nicolas de Cues déclare dans sa Docte Ignorance que la mesure est la clef de la physique et l’acte propre de la raison appliquée à connaître la nature. La mesure fondamentale était pour lui celle de poids. À la fin du XVe siècle, Léonard de Vinci invente le dynamomètre. Pour lui, la notion centrale est le mouvement lui-même. Cette vue hardie ne pouvait déboucher à l’époque sur des recherches positives; il eût fallu que Léonard disposât d’un de nos modernes oscilloscopes. Bombelli, Maurolycus, Tartaglia, Cardan, Commandino, Norman commencent à créer une métrologie expérimentale. Le Napolitain Della Porta décrit le premier thermomètre dans sa Magia naturalis (1589). Simon Stevin, qu’on a quelquefois appelé un «nouvel Archimède», propose dès 1595 l’unification des mesures sur le système décimal. En 1600, William Gilbert publie son De magnete où l’on voit les premiers essais de mesures magnétiques et de construction de lignes de force. La Terre y est, pour la première fois, comparée à un gigantesque aimant.

Il devait appartenir au XVIIe et au XVIIIe siècle de tirer les fruits de cette remarquable évolution. Plus encore que le miracle grec, il y a pour la science occidentale le miracle des années 1620. À Pise, Galilée affirme dans son Saggiatore (1623): «La nature est écrite en langage mathématique.» Et il fait surgir une «nature neuve», ensemble coordonné de phénomènes quantitatifs régis par des lois mathématiques précises. Francis Bacon codifie en 1620, dans son Novum Organum , la méthode expérimentale moderne. Descartes découvre en une illumination, le 10 novembre 1619, le fondement de toute sa méthode, qui conduira, entre autres, à la notion de fonction et à sa représentation analytique. Roberval a dix-huit ans. Pascal va naître (1623). Un monde mesuré et mathématisé va se substituer au monde décrit et imaginé. Ce monde va s’épanouir et se systématiser grâce à une série de génies rappelant celle qui marqua le siècle de Périclès, comme Fermat, Torricelli, Mariotte, Boyle, Newton, Leibniz. Les instruments de mesure fondamentaux vont se créer dans la forme que l’on connaît encore de nos jours. Gilles Personne de Roberval crée la balance de précision. Le microscope, inventé depuis 1600 en Hollande, permet des visées de longueur extrêmement précises avec l’instrument de Robert Hooke (1660). En 1657, Christiaan Huygens présente, aux états généraux des Pays-Bas, la première horloge à balancier conçue selon les lois de Galilée. Le calcul infinitésimal est créé en même temps par Leibniz et par Newton. Et le siècle s’achève par la théorie de la gravitation universelle, développée par Newton dans ses Principes mathématiques de philosophie naturelle (Philosophiae naturalis principia mathematica , 1687).

La méthode qui va engendrer la science moderne est créée. Elle est à la fois expérimentale, s’appuyant sur des mesures aussi précises que possible, et théorique, soucieuse de rattacher les lois de la nature qu’elle a découvertes par induction à un système rationnel exprimant par un modèle mathématique une vision déductive du monde.

Au XVIIIe siècle, les mesures électriques sont inaugurées (en 1749) par l’électromètre-aréomètre de Jean-Baptiste Le Roy et Patrick d’Arcy. Avec ce dernier, Daniel Bernoulli devine, dès 1760, la loi de l’inverse du carré des distances. Les conductivités sont mesurées par Joseph Priestley. Charles Augustin Coulomb invente, en 1784, la balance de torsion qui permet de déceler des forces très petites. La précision de sa balance électrique atteint le millionième d’unité C.G.S. Un siècle plus tard, la balance d’Eötvös portera cette précision au milliardième, pour l’étude du champ de la pesanteur. La fin du siècle voit la naissance du système métrique français, proposé dans un rapport de Talleyrand en 1790 et adopté en 1799.

Le XIXe siècle va porter à son plein épanouissement cette physique classique et doter la science d’instruments de mesure raffinés dans tous les domaines. Aux instruments portant sur les grandeurs fondamentales (longueur, masse, temps), qui, peu à peu, atteindront les degrés de précision dont on a déjà parlé, s’en ajouteront bien d’autres. Pour les forces, des dynamomètres mécaniques sensibles comme celui de Poncelet, puis, piézo-électriques; des accéléromètres ultra-sensibles; pour la puissance et le travail, des freins dynamométriques; pour la température, des thermomètres à gaz, tel le thermomètre normal à hydrogène, puis à hélium pour les très basses températures, des pyromètres optiques pour les très hautes températures; pour la chaleur, des calorimètres, puis des microcalorimètres. Les mesures optiques donnent naissance à une floraison d’instruments: photomètres, luxmètres, luminancemètres (nitomètres), radiancemètres, fréquencemètres, par exemple, qui s’étendent à l’infrarouge et aux mesures énergétiques. Les mesures acoustiques voient le jour avec le microphone (David Hughes, 1877). Et, surtout, se constitue le monde des mesures électriques et électromagnétiques, voltmètres, galvanomètres, à cadre mobile de Deprez-d’Arsonval (1882), puis électrodynamiques et, plus tard, magnéto-électriques; ohmmètres, fluxmètres (ou gaussmètres), etc. Maxwell, Faraday, lord Kelvin, nonobstant leurs habitudes britanniques, sont les promoteurs des unités C.G.S. adoptées universellement en 1881. Edward Weston crée sa pile étalon (1,018646 V). Des expérimentateurs prestigieux, dont le plus célèbre est Henri Regnault, portent à un sommet les techniques métrologiques.

Cette course à la précision ne va pas tarder à porter les fruits les plus remarquables. Car, ainsi qu’il deviendra évident à la fin du siècle, le progrès de la science dépend strictement de celui de la mesure, au niveau de la vérification des hypothèses, niveau clef dans l’épistémologie de la physique. Au premier ordre d’approximation, on n’aurait pu décider laquelle est expérimentalement vraie de la mécanique de Newton ou de celle d’Einstein. Au second ordre, on le pourra. C’est une question de nombre de décimales, donc de précision dans les mesures. Évoquons un exemple topique. La mise en question de la théorie de l’«éther» aurait pu commencer près d’un siècle plus tôt. En 1818, François Arago s’aperçut que la lumière reçue d’une étoile subissait par un prisme la même déviation que la lumière reçue d’une source liée au mouvement de la Terre; ce qui n’aurait pas dû être le cas avec l’hypothèse de l’éther. Aussitôt, Augustin Fresnel ajusta la théorie de l’éther en postulant un entraînement de ce «fluide» par les milieux matériels transparents. Mais il précisa que les nouvelles formules ainsi proposées ne compensaient l’effet attendu de déviation qu’au premier ordre. Or, à cette époque, les mesures ne permettaient qu’une approximation de cet ordre. Si la précision avait atteint le second ordre, on aurait pu constater, dès les années 1620, que l’hypothèse de l’éther, même adaptée, ne cadrait pas avec l’expérience. Ce que fera Albert Abraham Michelson à la fin du XIXe siècle à l’aide d’instruments plus précis.

Pour clore ce panorama succinct du rôle et de l’évolution de la métrologie, on fera mention à part d’un instrument à vocation universelle, né du développement de l’électronique dans les dernières années du siècle passé et mis au point trente ans plus tard: l’oscillographe cathodique ou oscilloscope. On en trouvera la description à l’article: MESURE Mesures électriques et électroniques. C’est bien plus qu’un instrument parmi d’autres. Il ne se contente pas, en effet, de mesurer; il suit un phénomène dans son changement même et affiche directement par balayage électronique sur un écran fluorescent la courbe des variations de ce phénomène en fonction d’un autre (en général, le temps). Cela, avec une célérité approchant les limites du possible; un cycle entier d’un phénomène périodique ultra-rapide, représenté sur l’écran gradué, peut durer moins d’une nanoseconde, ce qui permet, en fait, d’apprécier une variation durant moins d’un cent-milliardième de seconde. Cet instrument est désormais utilisé dans des domaines toujours plus divers grâce à un jeu très étendu de transducteurs chargés de traduire en tension électrique des grandeurs de toutes sortes. Associés à des micro-ordinateurs, les oscilloscopes permettent la constitution d’ensembles de mesure qui parachèvent l’arsenal par ailleurs si complet des autres instruments.

Il faut signaler à ce propos que les mesures brutes ne permettent pas toujours d’accéder à l’information recherchée et qu’il est alors nécessaire de passer par un traitement intermédiaire élaboré. Dans les cas complexes, comme celui de la physique des particules, par exemple, ce traitement permet, en outre, de faire un choix parmi les hypothèses expérimentales ou théoriques possibles et de chiffrer la validité de l’hypothèse retenue. La nécessité de perfectionner dans ce but les techniques de programmation sur gros ordinateurs a constitué un aspect nouveau de la mesure en physique, dont on a vu les fruits par les progrès obtenus dans des domaines comme les hautes énergies et l’astrophysique.

Plus que jamais, aujourd’hui, la mesure assume dans la science, de manière complémentaire, son double rôle fondamental d’outil de mathématisation et de pierre de touche expérimentale.

mesure [ m(ə)zyr ] n. f.
• 1080; lat. mensura, de mensus, p. p. de metiri « mesurer »
I
1Action de déterminer la valeur de certaines grandeurs par comparaison avec une grandeur constante de même espèce, prise comme terme de référence (étalon, unité). détermination, évaluation, mensuration, mesurage; -métrie, métro-. Degré d'approximation, précision d'une mesure. Échelle de mesure. Absolt Importance, rôle de la mesure dans les sciences exactes, dans les sciences de la nature. Introduction de la mesure dans les sciences humaines (psychologie, sociologie statistique, 2. test ).Mesure d'une grandeur. Mesure de l'étendue, de l'espace. dimension; largeur, longueur. Mesure des masses, des pressions, des températures. Mesures des forces, du travail; mesures électriques. Mesure du temps (horlogerie, minuterie). Instrument de mesure. Systèmes de mesures. métrique; C. G. S., M. T. S., 4. SI. Divisions, sous-multiples (décimales, centésimales), multiples (double, etc.) d'une unité de mesure. atto-, femto-, pico-, nano-, micro-, milli-, centi-, déci-; déca-, hect(o)-, kilo-, méga-, giga-, téra-, peta-, exa-. Mesure des longueurs, des surfaces, des volumes. Sciences de la mesure (ex. acidimétrie, alcalimétrie, anthropométrie, barymétrie, bathymétrie, calorimétrie, chronologie, densimétrie, ébulliométrie, électrométrie, goniométrie, hydrométrie, hygrométrie, hypsométrie, œnométrie, oxydimétrie, phonométrie, photométrie, planimétrie, saccharimétrie, spectroscopie, télémétrie, tribométrie, trigonométrie). métrologie. Math. Théorie de la mesure : branche récente des mathématiques qui étudie les formes linéaires sur certains espaces vectoriels de fonctions numériques.
2Grandeur (et spécialt dimension) déterminée par la mesure. Math. Mesure d'un ensemble : nombre réel définissant avec précision cette grandeur associée à un ensemble (nul s'il est vide, positif dans le cas contraire). ⇒ 1. espace (II, 2o), métrique (II, 2o). Prendre les mesures d'une pièce, d'un meuble, en déterminer les dimensions par des mesures.
Spécialt Dimensions caractéristiques du corps. mensuration. Vêtement aux mesures de qqn. Loc. Sur mesure, se dit d'un vêtement exécuté pour une personne en particulier. « On jurerait que ce costume est fait sur mesure » (Green). Subst. S'habiller en sur (-) mesure. Fig. Spécialement adapté à une personne ou à un but. Rôle sur mesure, spécialement bien adapté à la personnalité d'un comédien. Il faut un caractère sur mesure pour vivre avec lui.
3Appréciation de la valeur, de l'importance d'une chose. évaluation. « Le temps fuyait, et il n'en avait ni le sentiment ni la mesure » (A. Hermant).
Valeur, capacité appréciée ou estimée. La mesure de ses forces. Donner (toute) sa mesure, la mesure de son talent : montrer ce dont on est capable. « Il est des hommes qui donnent leur mesure du premier coup » (E. Delacroix). Prendre la mesure, la juste mesure de qqn, de ses capacités.
4Proportion, rapport (en loc.). À LA MESURE DE : qui correspond, est proportionné à. ⇒ échelle. Un adversaire à sa mesure. Une architecture à la mesure de l'homme. Sa réussite n'est pas à la mesure de ses ambitions. — DANS LA MESURE DE..., OÙ... : dans la proportion de, où; pour autant que. Voir dans quelle mesure on s'est trompé. Dans la mesure de ses moyens. Dans la mesure du possible. Dans une certaine mesure : jusqu'à un certain degré, un certain point. Dans une certaine mesure, il me rappelle Untel.
Loc. conj. À MESURE QUE... : à proportion que, et par ext. en même temps que (progression dans la durée). On s'aime à mesure qu'on se connaît mieux. Absolt Elle écoutait et prenait des notes à mesure.
♢ AU FUR ET À MESURE.
II
1Quantité représentable par un étalon concret, prise pour terme de comparaison dans l'évaluation des grandeurs de même espèce. Poids et mesures. Mesures de longueur, de superficie, de capacité.
Loc. fig. Avoir deux poids, deux mesures : juger différemment selon les objets, partialement.
2Spécialt Récipient de capacité connue, servant à l'évaluation des volumes. Mesure à grains. Remplir, vider une mesure.
Par ext. Quantité (de grains, de liquide) que contient ce récipient. Donner deux mesures d'avoine à un cheval. dose, ration. Ajouter trois mesures de lait. Loc. fig. La mesure est comble. Combler la mesure. Faire bonne mesure : donner un peu plus qu'il n'est convenu; se montrer généreux.
3 ♦ COMMUNE MESURE (en phrase négative) :quantité prise pour unité et servant à exprimer par un nombre entier ou fractionnaire les rapports avec d'autres quantités homogènes. Il n'y a pas de commune mesure entre la diagonale et l'un des côtés du carré, entre le rayon et la circonférence d'un cercle. incommensurable. Fig. rapport. Il n'y a aucune commune mesure entre Shakespeare et ses contemporains, sa valeur est incomparablement plus grande. Ces événements sont sans commune mesure, incomparables.
4Fig. Moyen d'apprécier une chose de même nature par une sorte d'étalon. « Comme si l'effort n'était pas la mesure même de l'être ! » (Duhamel). Allus. philos. « L'homme est la mesure de toutes choses » (d'apr. Protagoras).
III
1Quantité, dimension déterminée, considérée comme normale, souhaitable. La juste, la bonne mesure (cf. Le juste milieu).
Absolt borne, limite. Dépasser, excéder la mesure : exagérer. — Loc. Outre mesure. exagérément, excessivement. Je n'en suis pas fier outre mesure. Au-delà de toute mesure (cf. À l'extrême). Un courage sans mesure. démesuré, illimité.
2Modération dans le comportement. circonspection, précaution, retenue; mesuré. Dépenser avec mesure. Parler avec mesure. Il manque de mesure dans ses jugements. pondération.
3(XVIIe) Une mesure : manière d'agir proportionnée à un but à atteindre; acte officiel visant à un effet. ⇒ disposition, 2. moyen; demi-mesure. Mesures efficaces, décisives. Mesures de circonstance, d'urgence. Ce nouvel impôt est une mesure impopulaire. Mesures de rétorsion. Mesures préventives, disciplinaires (dr. pén.). Mesure conservatoire : acte juridique ayant pour but de protéger ou de conserver un bien ou un droit. — Mesure d'instruction, ordonnée afin d'éclairer le tribunal sur les prétentions du demandeur (dr. civ., procéd. pén.).Par mesure d'hygiène, d'économie.
4Succession régulière ou périodique de divisions temporelles d'égale valeur; ces divisions.
Division de la durée musicale en plusieurs parties égales, formant une base sensible pour le rythme. cadence, mouvement, rythme, tempo. Tenir compte de la mesure; marquer, scander, battre la mesure. Loc. adv. EN MESURE : en suivant la mesure, et par ext. en cadence, à intervalles répétés. « il lui manquait, pour s'échauffer, la cadence double des fléaux, tapant en mesure » (Zola) .
Par ext. Chacune des divisions formant la mesure. Mesure binaire, à deux, quatre temps; ternaire, à trois temps (à trois-deux, trois-huit, six-huit, etc.). Compter une mesure pour rien (avant de commencer à jouer). Barre de mesure. « l'orchestre s'était arrêté net, au milieu de la mesure » (R. Rolland).
Versif. Structure métrique du vers ( mètre); groupe rythmique constituant un tout et séparé d'un autre groupe par la coupe.
5Escr. (dans des loc.) Distance convenable pour porter ou pour parer un coup (à l'épée ou au fleuret). Être à la mesure, en mesure, hors de mesure.
Fig. et cour. ÊTRE EN MESURE DE : avoir la possibilité de; être en état, à même de. Être en mesure de répondre, d'agir. « je ne suis point en mesure de tester » (Balzac). Dès que je serai en mesure de vous le préciser.
⊗ CONTR. Démesure, excès.

mesure nom féminin (latin mensura) Action d'évaluer une grandeur d'après son rapport avec une grandeur de même espèce, prise comme unité et comme référence : La mesure du temps, des longueurs. Quantité servant d'unité de base pour cette évaluation : Le mètre carré est une mesure de surface. Récipient de contenance déterminée servant à mesurer des volumes : Une série de mesures anciennes en étain. Moyen de comparaison et d'appréciation : L'homme est la mesure de toute chose. Trouver un adversaire à sa mesure. Le résultat est sans commune mesure avec l'effort dispensé. Modération dans l'action, le comportement, le jugement, etc. : Garder une juste mesure en toute chose. Moyen mis en œuvre en vue d'un résultat déterminé : Prendre des mesures pour enrayer une épidémie. Équitation Cadence, régularité des allures d'un cheval. Mathématiques Application souvent notée μ qui, à chaque partie d'un ensemble donné E (espace affine par exemple), associe un nombre réel, souvent positif, telle que pour tout couple (A, B) de parties de E on ait : ● mesure (citations) nom féminin (latin mensura) Georges Moinaux, dit Georges Courteline Tours 1858-Paris 1929 On ne saurait mieux comparer l'absurdité des demi-mesures qu'à celle des mesures absolues. La Philosophie de G. Courteline Flammarion Étienne de La Boétie Sarlat 1530-Germignan, Médoc, 1563 Je dis ce que mon cœur, ce que mon mal me dit. Que celui aime peu, qui aime à la mesure. Sonnets Pierre Reverdy Narbonne 1889-Solesmes 1960 Rares ceux qui, dans leur vie et dans leur art, savent rejoindre le tact et la mesure en passant par la démesure. En vrac Éditions du Rocher Horace, en latin Quintus Horatius Flaccus Venusia, Apulie, 65-Rome ? 8 avant J.-C. Il y a une juste mesure ; il y a enfin des limites précises hors desquelles ne peut se tenir le bien. Est modus in rebus, sunt certi denique fines, Quos ultra citraque nequit consistere rectum. Satires, I, 1, 106 Sénèque, en latin Lucius Annaeus Seneca, dit Sénèque le Philosophe Cordoue vers 4 avant J.-C.-65 après J.-C. Toute vertu est fondée sur la mesure. Omnis in modo est virtus. Lettres à Lucilius, LXVI Eschyle Éleusis vers 525-Gela, Sicile, 456 avant J.-C. La mesure est le bien suprême. Agamemnon, 378 (traduction P. Mazon) Bible Corrige-nous, Yahvé, mais dans une juste mesure, sans t'irriter, pour ne pas trop nous réduire. Ancien Testament, Jérémie X, 24 Commentaire Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ». ● mesure (difficultés) nom féminin (latin mensura) Orthographe S'écrit au singulier dans les expressions : en mesure (chanter, danser, etc., en mesure), être en mesure de, sans mesure, sur mesure, perdre toute mesure. Emploi 1. Dans la mesure où = selon que, dans la proportion où (et non : parce que). Nous serons correct à votre égard dans la mesure où vous aurez été vous-même correct vis-à-vis de nous. Mais : il faut lui répondre puisqu'il nous a posé la question (et non : dans la mesure où il nous a posé la question). 2. Au fur et à mesure que. → fur et à mesure (au) ● mesure (expressions) nom féminin (latin mensura) À mesure (que), en même temps (que) : À mesure que le temps passe, les chances diminuent. Dans la mesure où, de, selon que, en proportion de : Je vous aiderai dans la mesure où je le pourrai. Dans une certaine mesure, dans une certaine proportion (atténue l'assertion précédente). Dans une large mesure, dans une grande proportion, jusqu'à un certain point. Dépasser la mesure, aller au-delà de ce qui est correct, régulier. Donner la mesure de quelque chose, en montrer pleinement l'importance ; montrer ses capacités, ce dont on est capable : Donner la mesure de son talent. Donner (toute) sa mesure, montrer tout ce qu'on est capable de faire. Être en mesure de, avoir la possibilité de faire quelque chose, être à même de : Je suis en mesure de vous fournir des preuves. Faire bonne mesure, donner généreusement. Prendre la (juste) mesure de quelque chose, en reconnaître toute l'importance. Sur mesure, se dit de vêtements, de chaussures confectionnés d'après des mesures prises sur la personne même : Costume sur mesure ; particulièrement adapté : Emploi du temps sur mesure. Mesure d'administration judiciaire, acte relatif au fonctionnement d'un tribunal. Mesure d'ordre intérieur, décision administrative sans incidence sur les droits des administrés et qui n'est pas susceptible de recours pour excès de pouvoir. Mesures nouvelles, modifications proposées dans le projet de budget par rapport au montant des services votés. Mesure algébrique d'un bipoint (A, B), réel noté égal à xBxA, où xA et xB sont les abscisses respectives de A et B, la droite (AB) étant munie d'un repère. Mesure d'un angle non orienté de demi-droites (respectivement de droites) d'un plan euclidien, réel α, exprimé en radians, tel que α∊[0, π] (respectivement [0, π°2]), et dont le cosinus est égal au rapport du produit scalaire des vecteurs directeurs des demi-droites (respectivement des droites) et du produit des normes de ces vecteurs. Mesure d'un angle θ du plan vectoriel orienté, tout réel x, exprimé en radians, tel que cos x = cos θ et sin x = sin θ, sin et cos désignant les fonctions sinus et cosinus de C dans C. (La valeur unique de x appartenant à ]−π, π] est appelée mesure principale de θ. Pour les couples nuls et plats, elle vaut 0.) [Pour les deux notions précédentes, on définit aussi les mesures en degrés et en grades égales respectivement à 180 α°π et à 200 α°π, si α est la mesure en radians.] En mesure, dans la cadence convenable à l'exécution du morceau. ● mesure (synonymes) nom féminin (latin mensura) Action d'évaluer une grandeur d'après son rapport avec une grandeur...
Synonymes :
Modération dans l'action, le comportement, le jugement, etc.
Synonymes :
Moyen mis en œuvre en vue d'un résultat déterminé
Synonymes :
- précaution
Dépasser la mesure
Synonymes :
Contraires :
- démesure
- exagération
- frénésie
- impétuosité

mesure
n. f.
rI./r
d1./d évaluation d'une grandeur par comparaison avec une grandeur constante de même espèce prise comme référence (unité, étalon). Mesure d'une distance au mètre près.
Appareil de mesure.
d2./d Quantité, grandeur déterminée par la mesure et, spécial., dimension. Vérifier une mesure.
Prendre les mesures d'une pièce d'étoffe.
|| Spécial. Dimensions du corps d'une personne. Vêtement fait aux mesures de qqn, sur mesure.
Fig. Sur mesure: spécialement adapté à une personne, à une situation, à un objectif.
d3./d Quantité, grandeur servant d'unité; étalon matériel servant à mesurer. Le mètre, mesure de longueur.
Le système des poids et mesures.
|| Fig. Commune mesure (seulement en tournure négative): comparaison, rapport qu'il est possible d'établir entre deux personnes, deux choses, deux situations. Il n'y a pas de commune mesure entre lui et eux.
Faire deux poids, deux mesures: juger différemment deux choses identiques; être partial.
d4./d Récipient servant de mesure. Mesures en bois (pour les grains), en étain (pour les liquides).
|| Quantité contenue dans une mesure. Versez une mesure de lait pour deux mesures d'eau.
d5./d Fig. Valeur, capacité d'une personne. Il a donné toute sa mesure, toute la mesure de son talent, dans cette affaire, il a montré ce dont il était capable.
d6./d Loc. à la mesure de: proportionné à. Une réussite à la mesure de son talent.
|| Dans la mesure où: dans la proportion où.
Dans la mesure du possible: autant qu'il est possible.
|| Loc. conj. à mesure que: simultanément et dans la même proportion que. Les ennemis fuyaient à mesure que nous avancions.
|| adv. Au fur et à mesure: V. fur.
d7./d Division régulière ou périodique de la durée.
MUS Division de la durée musicale en parties égales, marquée dans l'exécution par des séquences rythmiques correspondant à l'espace compris entre deux barres verticales sur la partition écrite. Barre de mesure.
Battre la mesure, l'indiquer matériellement (en tapant du pied, par ex.). Mesure à trois temps.
Chanter, danser en mesure, en suivant correctement la mesure.
d8./d Loc. être en mesure de: être capable, avoir le pouvoir de.
rII./r
d1./d Limites de la bienséance, de ce qui est considéré comme normal, souhaitable. Dépasser la mesure.
|| Une jalousie sans mesure.
Outre mesure: d'une manière excessive.
d2./d Modération, pondération dans sa manière d'agir, de se conduire, de penser, de parler. Avoir le sens de la mesure.
rIII/r Moyen que l'on se donne pour obtenir qqch. Il a pris des mesures pour que cela ne se reproduise plus. Mesures fiscales impopulaires.

⇒MESURE, subst. fém.
A. —[Évoque (l'évaluation d') une quantité]
1. Évaluation d'une grandeur ou d'une quantité, par comparaison avec une autre de même espèce, prise comme terme de référence. Étalon de mesure (v. étalon2 A); unité de mesure conventionnelle. L'unité de mesure est ce moyen terme à la faveur duquel on obtient les rapports de grandeurs de même espèce (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p.378). Plus il était ivre, et plus il voyait clair: jamais une erreur de mesure, jamais une addition fausse! (ZOLA, Terre, 1887, p.41). Prélèvement et mesure du volume gazeux initial (CAMEFORT, GAMA, Sc. nat., 1960, p.145).
a) P. méton. Grandeur évaluée en unités de référence à l'aide d'un instrument ou de calculs. Divisant cette différence par la distance au carton, j'avais la mesure de l'angle de diffraction (FRESNEL ds Ann. chim. et phys., t.1, 1816, p.242):
1. Heureusement beaucoup de conclusions relatives aux structures cristallines peuvent être tirées de la diffraction des rayons X sans qu'il soit indispensable de disposer de mesures précises de l'intensité.
FRIEDEL, Cristallogr., 1926, p.319.
En partic. Dimensions caractéristiques (de quelque chose). Prendre les mesures d'une pièce.
) COUT. Dimensions caractéristiques du corps, en fonction desquelles on confectionne ou on choisit un vêtement, une pièce d'habillement. Le tailleur a pris ses mesures pour lui faire un costume (Ac. 1935). Mesure industrielle. Série de patrons gradués que l'on adapte au client, nécessitant moins de retouches que la confection standard. (Dict. XXe s., DUPRÉ 1972).
Au fig. Caractéristiques des possibilités, des facultés intellectuelles de quelqu'un. L'examen stimulant excite le travail de l'élève sans trop l'émouvoir, car il n'entraîne pas de décision, et il lui permet de prendre sa mesure et de s'aguerrir en prévision des examens «qui comptent» (CAPELLE, Éc. demain, 1966, p.141).
Locutions
Sur mesure. Confectionné d'après les mesures prises individuellement pour chaque client. Anton. en confection, en série. On jurerait que ce costume est fait sur mesure (GREEN, Moïra, 1950, p.71).
P. anal. Certes, je ne suis pas pour les ouvrages sur mesure, les pièces qu'on écrit les yeux fixés sur tel ou tel comédien (A. DAUDET, Crit. dram., 1897, p.205):
2. Il serait facile de savoir comment la Comédie-Française se procure le petit acte ou la petite pièce de vers d'usage (...). Cela se fabrique sur mesure et doit être livré à jour fixe.
ZOLA, Nos aut. dram., 1881, p.34.
De mesure. Le drap usé est remplacé par de petits morceaux, taillés de mesure (HUBERSON, Nouv. manuel accord. et répar. pianos, 1926, p.78).
) ESCR. ,,Distance convenable pour parer ou pour porter un coup de fleuret ou d'épée`` (Ac. 1835-1935). Être à la mesure (Ac.), Être en mesure (Ac. 1878, 1935), Être hors de mesure (Ac. 1798, 1835). Prendre ses mesures.
Rompre la mesure. ,,Se mettre hors de portée de recevoir un coup de fleuret ou d'épée`` (Ac. 1798-1878).
Serrer la mesure. ,,Avancer sur son adversaire`` (Ac. 1835, 1878). Lâcher la mesure. ,,Reculer devant lui`` (Ac. 1835, 1878).
) DR., PÊCHE Mesure du poisson. ,,Longueur du poisson, mesurée de l'extrémité de la tête à l'extrémité de la queue`` (SCHREINER 1975).
b) MATH. Théorie de la mesure. ,,Branche récente des mathématiques qui étudie les formes linéaires sur certains espaces vectoriels de fonctions numériques`` (BOUVIER-GEORGE 1979). La théorie de la mesure est aujourd'hui pratiquement synonyme de la théorie de l'intégration (BOUVIER-GEORGE 1979).
SYNT. Appareil (v. ce mot II B 6 et ex. 18), appareillage (v. ce mot ex. 5), dispositif, échelle, instrument (v. ce mot I A 1 en partic. synt.), méthode, système de mesure; effectuer des mesures.
2. [Quantité évaluée qui sert de référence]
a) Quantité de référence pour déterminer les dimensions ou la valeur d'une grandeur de même espèce. Mesure anglaise; ancienne mesure de poids; mesure de temps, de volume. Les deux commissions (..) proclamèrent l'étalon définitif des poids et mesures, ce qui fut un bien pour le commerce (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.2, 1870, p.524). — Quelle quantité de gazoline? — Quinze cents... (suit le nom d'une mesure chinoise que je ne connais pas) (MALRAUX, Conquér., 1928, p.74). Au degré élémentaire (...) les éléments de la langue française et du calcul, le système légal des poids et mesures (Encyclop. éduc., 1960, 20).
MÉTROL. (Bureau international des) Poids et Mesures. Administration chargée du contrôle et de la vérification des poids et mesures; bureau de cette administration:
3. ... les résultats obtenus sont suffisamment sûrs et précis pour que la IXe Conférence générale des Poids et Mesures (1948) ait adopté le joule (unité de travail) comme unité de chaleur...
Hist. gén. sc., t.3, vol.1, 1961, p.276.
Loc. fig.
Avoir deux poids et deux mesures (Ac.). Juger différemment selon les objets, juger avec partialité.
N'avoir qu'un poids et une mesure. Être impartial. Nous ne devons avoir qu'un poids et une mesure et faire des procès partout (BALZAC, Corresp., 1840, p.223). Pardon, monseigneur, (...) nous n'avez qu'un poids et qu'une mesure pour tout le monde. Que diable! il y a des distinctions à faire entre les femmes (DUMAS père, Lorenzino, 1842, I, 1, p.225).
Vieilli, fam. Avec poids et mesure (Ac. 1798-1878). Avec une extrême circonspection.
b) En partic. Quantité (d'une matière) évaluée par rapport au récipient qui la contient et qui sert d'unité. Synon. dose, ration. Mesure de grain, de bois Il est appelé devant le tribunal des Huit, magistrats chargés de la justice à Florence, et il est condamné à une amende de quatre mesures de farine (TAINE, Philos. art, t.1, 1865, p.191). L'ancien chauffeur se fit servir une double mesure de vitriol (A. DAUDET, Jack, t.2, 1876, 171). Un soldat aviné (...) a roulé sur le bord d'une mare, et ses compagnons un peu moins ivres que lui, cherchent à lui entonner une dernière mesure de wisky (GAUTIER, Guide Louvre, 1892, p.320).
P. méton.
♦Récipient servant à l'évaluation d'un volume. Mesure à blé. Il y a plus d'incertitude dans l'estimation des sommes historiques (...) soit à cause de la diversité des monnaies et de leurs fréquentes altérations, soit en raison de l'ignorance où nous sommes de la véritable capacité des mesures des grains (SAY, Écon. pol., 1832, p.289). Mon ami ne voulait pas sortir et réclamait maintenant de la bière comme les Anglais ont coutume de faire quand ils ont un peu trop bu. — Taisez-vous, dis-je à l'intempérant qui s'était emparé d'un jeu complet de mesures d'étain (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.311).
COMM. ,,Unité de vente du hareng (double décalitre). Cent mesures représentent en principe 10 000 poissons, pratiquement 12 000`` (GRUSS 1952).
3. P. anal. [En parlant du rythme]
a) MUS. Division du temps musical en sections d'égale durée (d'apr. PINCH. Mus. 1973). Mesure binaire, ternaire, à deux temps, à trois temps; barre de mesure (v. barre II B 2). C'est autre chose de saisir des coïncidences ou rythmes et de former des groupements systématiques, c'est-à-dire une mesure rythmique (LALO, Esthét. mus. sc., 1908, p.146).
) P. méton. Chacun des fragments correspondant à cette division; sa notation sur la portée musicale. Et, tandis qu'il écoutait ainsi, l'oreille tendue, caché derrière un portant, il eut un heurt violent au coeur: l'orchestre s'était arrêté net, au milieu d'une mesure (ROLLAND, J.-Chr., Aube, 1904, p.102). Je compose une partition de quelques mesures. On répète, on se trompe, on recommence, on enregistre. Le résultat est navrant (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p.14). Depuis les premières mesures jusqu'à la scène finale, l'intérêt va croissant (DUMESNIL, Hist. théâtre lyr., 1953, p.211).
[Peut servir de référence au passage d'un morceau] Trille aigu sur ré-mi bémol (mesure 36), qui donne l'élan (ROLLAND, Beethoven, t.2, 1937, p.490).
) Locutions
En mesure. En suivant la mesure et, p. ext. en cadence, à intervalles réguliers. J'ai pour mon malheur, lorsque pour la première fois j'entendis cet air de cirque, imité un jongleur rattrapant ses boules en mesure (MAUROIS, Silences Bramble, 1918, p.42). Pour que le dessin incisif des cordes puisse bien «sortir», il faut que ce passage soit joué strictement en mesure (E. GUIRAUD, BUSSER, Instrument., 1933, p.174). V. ferré A 1 a ex. de A. Daudet.
De mesure. Synon. vx de en mesure. Chanter, danser, jouer de mesure (Ac. 1798-1878).
Hors de mesure. Sans suivre la mesure:
4. Beethoven, qui dirigeait lui-même dans la seconde partie du premier allegro (...) jeta (...) l'orchestre tellement hors de mesure, qu'il fallut répéter depuis le commencement.
PROD'HOMME, Symph. Beethoven, 1921, p.109.
Battre la mesure (v. battre2 A 1 c). Le chef d'orchestre, debout, battait la mesure d'une façon automatique (FLAUB., Éduc. sent., t.1, 1869, p.92). Au début, il est bon chez certains patients de battre la mesure avec la main: pendant l'ascension de la main se fait l'inspiration, pendant la descente, l'expiration (BARATOUX, La Voix, 1912, p.70). Quatre hommes qui battaient la mesure en remuant de petites calebasses (SCHAEFFNER, Orig. instrum. mus., 1936, p.41).
Batteur de mesure. V. batteur ex. 2.
Bâton de mesure. Baguette de chef d'orchestre. On a donné aussi, ce jour-là (...) Lohengrin (...) Liszt dirigeait l'orchestre, et, lorsqu'il entra, les artistes lui remirent un bâton de mesure en argent ciselé (NERVAL, Lorely, 1852, p.89). On a fêté (...) au Cirque des Champs-Élysées, ce jeune prêtre italien [l'abbé Perosi], qui, (...) le bâton de mesure à la main, est venu demander aux Parisiens d'ajouter leurs suffrages à ceux de ses compatriotes (BRUNEAU, Mus. hier et demain, 1906, p.204).
b) P. ext. Organisation des durées constitutives du rythme selon une certaine accentuation. Marcher en mesure. ÉQUIT. ,,Au manège, temps, mouvement ou cadence nécessaire à l'exécution des divers exercices`` (CASS.-MOIR. 1979).
c) LING., VERSIF. Mesure (rythmique). Analyse métrique du vers; p. méton. ,,ensemble de syllabes unissant plusieurs mots en une seule émission de voix et s'achevant sur l'accent tonique de la dernière syllabe sonore`` (MORIER 1975). Synon. groupe rythmique. Mesure métrique (MOUNIN 1974). Qui n'avait pas l'idée de la mesure d'un vers, du mélange des rimes, qui substituait à un mot heureux et de génie un autre mot trivial et qui même rompait la mesure du vers (CHAMFORT, Caract. et anecd., 1794, p.117). V. calfater ex.2.
SYNT. Mesure de capacité, de grandeur, de longueur; mesure d'un angle, de la force, de la pression, d'une quantité, de la température, du temps; mesures agraires, nautiques; mesures acoustiques, densimétriques, gravimétriques, optiques, photoélectriques, photographiques, photométriques, radiométriques; mesure absolue, relative.
B.Au fig.
1. [Évoque un rapport, une proportion]
a) Élément de référence, critère d'appréciation des qualités d'une personne, de ses capacités ou de ses moyens, ou de l'importance d'une chose. Dire que l'homme est mesure des choses, c'est donc opposer à la diversité du monde l'ensemble ou le groupe des pouvoirs humains (VALÉRY, Variété III, 1936, p.242):
5. L'homme devrait être la mesure de tout. En fait, il est un étranger dans le monde qu'il a créé. Il n'a pas su organiser ce monde pour lui, parce qu'il ne possédait pas une connaissance positive de sa propre nature.
CARREL, L'Homme, 1935, p.31.
) [Avec une négation] Commune mesure. Moyen, possibilité de comparaison, d'appréciation (de deux choses, l'une par rapport à l'autre). Il n'y a pas de commune mesure entre l'analyse des individus parlants et celle de l'historien (SAUSS. 1916, p.251). Il n'y a aucune commune mesure entre l'astronome amateur et les observatoires qui font progresser la science (BOLL, Qq. sciences captivantes, 1941, p.188).
Sans commune mesure (v. commun A 1):
6. Gérard Philipe jouait le Cid avec une fougue irrésistible. Il n'apparaissait pas sur la scène, il y jaillissait. Sans commune mesure, son jeu même se faisait héroïque.
SERRIÈRE, T.N.P., 1959, p.147.
) Donner la, l'exacte mesure de. Reste donc à savoir comment le socialisme a entendu la solution. Un seul exemple donnera la mesure de ses moyens, et nous permettra de prendre à son égard des conclusions générales (PROUDHON, Syst. contrad. écon., t.1, 1846, p.209). — Vive le maréchal! dit l'ouvrier. — Oh! tu peux crier, va! Le maréchal est sourd à force d'avoir entendu le canon. Cette anecdote peut donner la mesure du respect avec lequel les invalides traitaient le maréchal Hulot (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p.300). Ce jugement, qui veut être élogieux, semble donner la mesure exacte de ce que fut l'oeuvre de Taine (Hist. sc., 1957, p.1650).
Donner sa mesure, toute sa mesure. Montrer ce que l'on sait faire, ce dont on est capable. Là, n'étant gênée par rien ni par personne, elle [la corporation des ingénieurs de l'État] a pu donner toute sa mesure (CHARDON, Trav. publ., 1904, p.207). Maurice Denis est aujourd'hui le seul peintre religieux français important. Il est aussi le décorateur profane qui eut le plus aisément l'occasion de donner sa mesure (Arts et litt., t.2, 1936, p.18-7).
b) Dans des loc.
) À la mesure + adj. Synon. à l'échelle (de):
7. ... les hommes pourraient être heureux — d'un bonheur menacé, sans doute, pénétré d'inquiétudes et de souffrance — mais épreuves et joies, tout serait à la mesure humaine. Le malheur qui nous menace n'est plus à notre mesure.
MAURIAC, Journal 3, 1940, p.212.
[Dans une loc. prép.]
À la (juste) mesure de. L'idée pratique et modérée que les dirigeants et les mondains se font de la fonction mystique de l'artiste qu'ils s'imaginent fait à la mesure de leurs besoins (FAURE, Hist. art, 1909, p.121). Choisir dans nos actes et nos réalisations, à la mesure de nos moyens, les entreprises qui peu à peu modèleront un pays plus homogène (Amén. terr., 1964, p.7):
8. ... quand vient le moment d'ouvrir les portes d'accès à certaines fonctions ou à certaines études (...) l'on se résigne de nouveau aux examens. Mais (...) que ce soit, au moins, après avoir ramené les examens, par leur nature, leur fréquence et leur ampleur, à la juste mesure de leur utilité.
CAPELLE, Éc. demain, 1966, p.157.
À mesure de (vx)
En proportion de, en relation avec. Je prie qu'on m'excuse trente pages d'une sécheresse mathématique. Pour dire les mêmes choses (...) à mesure du besoin il en faudrait cent (STENDHAL, Hist. peint. Ital., t.2, 1817, p.43).
Synon. de au fur et à mesure (v. fur B). [Vinci] travaillait en quelque sorte sans modèle et inventait à mesure de sa production (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p.200).
[Dans une loc. adv.] À mesure, au fur et à mesure, à fur et à mesure (vieilli); au fur à mesure (pop). Synon. peu à peu. Mais nous sommes avancés l'un et l'autre dans cette carrière qui se dessèche à mesure sous nos pas (DELACROIX, Journal, 1824, p.55). Elle écoutait cela, debout, et son coeur se serrait à mesure (LOTI, Pêch. Isl., 1886, p.204). Débarquer, à grande distance de la place, une colonne résolue qui progresserait vers l'objectif en ralliant, à mesure, les territoires traversés et les éléments rencontrés (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p.97).
[Dans une loc. conj.]
À mesure que, au fur et à mesure que. [Indique la durée progressive ou la simultanéité] À la même latitude, elle [l'intensité de la pesanteur] diminue à mesure qu'on s'élève sur la verticale (POISSON, Mécan., t.1, 1811, p.120). Sur les montagnes, où la température diminue à mesure qu'on s'élève, les chutes de neige sont beaucoup plus fréquentes que dans les plaines (BOULE, Conf. géol., 1907, p.10). À mesure que l'on avance on s'aperçoit que l'esprit humain ne travaille pas selon la méthode adoptée par les premiers constructeurs de machines heuristiques (DAVID, Cybern., 1965, p.103).
À mesure où (rare). À mesure où les minutes coulaient, je commençais à hésiter (SIMONIN, Cave se rebiffe, 1954, p.240).
) Dans une/ la/ cette mesure; dans telle ou telle mesure. Dans telle ou telle condition, sous tel ou tel rapport:
9. Je sais bien qu'on se fait fort de me démontrer l'incompatibilité réelle de a et de b. Mais n'aurai-je pas toujours la ressource de refuser de la voir? On me dira que dans cette mesure je refuse de penser.
G. MARCEL, Journal, 1919, p.209.
Dans quelle mesure. Dans quelle proportion. Essayer de savoir dans quelle mesure elle [la criminalité des classes aisées, ou des classes moyennes] est susceptible de fausser les statistiques criminelles (Traité sociol., 1968, p.222).
[Avec un adj. de quantité, de dimension] Le développement de la radio-diffusion contribue également, quoique dans une moindre mesure, à la crise du théâtre (Arts et litt., t.2, 1936, p.30-1). La lecture des hebdomadaires, qui ont dans une large mesure supplanté le livre (Civilis. écr., 1939, p.26-16). Le désir de revenir à la santé pour reprendre un travail vital favorise la guérison dans une mesure étonnante (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.223).
SYNT. Dans une mesure convenable, importante, limitée, relative; dans une (très) faible mesure; dans une plus ou moins, assez, très, trop large mesure; dans la plus grande, large mesure possible; dans la même mesure.
Dans une certaine mesure. D'une certaine façon, jusqu'à un certain point. Dans les heures où, ouverts aux autres par la conversation, nous sommes dans une certaine mesure fermés à nous-mêmes (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p.553). De l'étude de ces taches, de l'existence de certaines d'entre elles et de l'absence de certaines autres, dans une certaine mesure aussi de leurs intensités relatives, on peut tirer d'utiles renseignements sur la structure (FRIEDEL, Cristallogr., 1926, p.320).
[Dans une loc. prép.] Dans (toute) la mesure de. Dans la (l'exacte) proportion de, en proportion de. Dans la mesure de ses moyens. Enfin notre devoir, à tous, est (...) d'aider dans la mesure de nos forces à la production de la vérité (CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p.15). Le nombre de ses besoins s'accroît dans la mesure du nombre de ses richesses (GAULTIER, Bovarysme, 1902, p.180). Certes un critique digne de ce nom doit s'appliquer dans toute la mesure de ses forces à corriger, au sens optique ou astronomique du mot, ses erreurs (G. MARCEL, Heure théâtr., 1959, p.X).
Dans (toute) la mesure du possible. Autant qu'il est possible. L'indépendance de la Saxe garantissait l'indépendance des autres états germaniques et, dans la mesure du possible (...) restaurait le traité de Westphalie (BAINVILLE, Hist. Fr., t.2, 1924, p.143). Stationneront sur le territoire de ces régions: (...) dans toute la mesure du possible, des éléments non endivisionnés, de réserve générale ou des forces mobiles (J.O., Loi sur organ. gén. armée, 1927, p.7267).
[Dans une loc. conj.] Dans la mesure où. Dans la proportion où; autant que le permet (le fait que), compte tenu de ce que. Rien de si factice que cette opposition entre le tendre Racine et le cruel Racine où la critique se complaît. Souvent un homme est irritable dans la mesure où il est tendre (MAURIAC, Vie Racine, 1928, p.73). Ce que je souhaite, c'est que vous m'aimiez et souhaitiez mon désir dans la mesure où je vous aime et où je vous désire (MONTHERL., Pitié, 1936, p.1108).
2. [Indique une quantité déterminée, considérée comme normale ou souhaitable]
a) [Avec l'idée d'une quantité jugée comme suffisante et souhaitable] Combler la mesure (v. combler A 1 loc. fig.); la mesure est comble (v. comble2 A 2). Avenante et simple dans sa petite robe noire, l'actrice se présenta avec la juste mesure d'aisance, avec la distinction accomplie d'une jeune dame de charité introduite chez une personne de son rang (VOGÜÉ, Morts, 1899, p.327).
Fam. Le pauvre vieux marchait à côté de la charrue, saoul d'aller dans les mottes grasses. Il en avait sa pleine mesure (GIONO, Baumugnes, 1929, p.136).
Dépasser, passer la mesure. Dépasser ce qui est permis, exagérer. Synon. passer les bornes (v. dépasser II A 2 b ex. de Feuillet). Si mon amour pour elle a dépassé toute mesure, c'est que j'ai eu foi en ses sentiments et en ses pensées (J. BOUSQUET, Trad. du silence, 1936, p.226). Je trouve que ce que Rochard a fait là est très grave. Jusqu'à maintenant il s'était contenté d'exagérer. Cette fois il a dépassé la mesure (AYMÉ, Uranus, 1948, p.77).
Faire bonne mesure. ,,Donner une bonne quantité, se montrer généreux`` (REY-CHANTR. Expr. 1979). J'avais demandé à Dieu un an de ton amour en échange du bonheur de toute ma vie (...) il m'a fait la bonne mesure puisque tu m'aimes encore (AUGIER, Mariage Olympe, 1855, p.182).
[Dans des loc. adv.] Hors de mesure, outre mesure. Excessivement, exagérément. Ce n'est point ici le lieu de développer hors de mesure de certaines idées (HUGO, Misér., t.1, 1862, p.609). Préoccupez-vous (...) d'empêcher que le chemin de fer ne fasse une concurrence terrible à la navigation en abaissant outre mesure ses tarifs (CHARDON, Trav. publ., 1904, p.179):
10. Je viens donc vous demander la faveur de la lire [une chronique], au comité d'administration. C'est l'affaire de dix minutes. Et il jugera si cette fois la chose en vaut la peine, et en tout cas, ne s'ennuiera pas outre mesure pendant les huit ou dix minutes...
VILLIERS DE L'I.-A., Corresp., 1887, p.202.
b) Modération, retenue (dans le comportement, dans le mode de vie, dans les goûts esthétiques). Synon. discrétion, réserve. Le goût, le sens de la mesure; perdre toute mesure. Mais c'est surtout dans ce qui nous reste des arts plastiques des anciens que cette qualité de goût et de mesure parfaite se trouve au plus haut point de perfection (DELACROIX, Journal, 1857, p.57). Il se piquait de vivre avec mesure et raison (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p.447):
11. Il semble d'abord qu'un idéal grec de mesure et d'harmonie soit à portée de notre main. Mais cette harmonie est une possibilité jusqu'à un certain point hors d'atteinte.
RICOEUR, Philos. volonté, 1949, p.25.
Sans mesure. D'une manière excessive. Une cousine, Constance Desrozais, vieille fille grasse, souriante et servile, que madame de Beaumesnil utilisa sans mesure dans les travaux de l'intérieur (FEUILLET, Sibylle, 1863, p.9). Chaque être rencontré, chaque odeur de cette rue, tout m'est prétexte pour aimer sans mesure. Des jeunes femmes (...), la trompette des marchands de glaces, (...) les étalages de fruits (CAMUS, Env. et endr., 1937, p.97).
En partic. [Dans le discours] Langage plein de mesure. Mon grand-père était plein de mesure dans ses plaisanteries et son esprit fin et froid pouvait passer inaperçu (STENDHAL, Brulard, t.1, 1836, p.81). Dans ce pays de liberté que j'habite, j'ai perdu le sentiment de la mesure et de la proportion, et je me figure qu'on peut parler aussi haut en France qu'en Angleterre (HUGO, Corresp., 1873, p.167):
12. Persicaire haïssait la «mesure française». Il estimait, à juste titre, que notre langue est la plus apte aux poèmes, la plus propice à tirer juste, la plus cruelle, la moins poétique, en un mot.
COCTEAU, Fin Potomak, 1940, p.129.
C. —[Dispositions relatives à une action]
1. Moyen pris pour atteindre un but (souvent sous la forme d'un acte officiel). Synon. disposition. Mesure illégale; mesures d'encouragement à l'épargne; prendre une, des mesure(s) autoritaire(s). Quant à la mesure de nous fermer les portes de l'assemblée, c'était tellement plat, que nous en haussions les épaules de pitié (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.1, 1870, p.241). Il faut prendre des mesures contre les écrivains collabo, non? (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p.21).
Loc. Par mesure de. En vue de, en raison de. Par mesure d'économie, Julien avait accompli des réformes (MAUPASS., Une Vie, 1883, p.94).
DROIT
Mesure conservatoire. ,,Disposition provisoire destinée à maintenir une situation en l'état`` (Admin. 1972). V. conservatoire ex. 1.
Mesure disciplinaire. Disposition servant à assurer le respect d'un règlement par l'application de peines d'ordre disciplinaire. Révocation ou (...) renvoi par mesure disciplinaire (LUBRANO-LAVADERA, Législ. et admin. milit., 1954, p.160).
Mesure provisoire. Disposition prise pour régler momentanément une situation urgente. M. Sophie m'a demandé également l'envoi d'un gouverneur, des instructions et l'approbation des mesures provisoires prises par lui (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p.455).
SYNT. Mesures draconiennes, énergiques, palliatives, répressives, salutaires, transitoires; mesures administratives, financières, fiscales, thérapeutiques; adopter, envisager, proposer des mesures; application, exécution de mesures; mesures de protection, de sécurité, de sûreté; mesures d'ordre intérieur, d'ordre militaire.
2. Prendre ses mesures. Prendre ses précautions, faire le nécessaire. J'ai couché hier à Nevers, après avoir pris toutes mes mesures pour aller toute la nuit (CONSTANT, Journaux, 1804, p.178).
3. Être en mesure de (+ verbe à l'inf.). Avoir la possibilité de, être dans la possibilité de, être en état de. Synon. être à même de. J'ai visité à fond l'Exposition, hier; et je vais aujourd'hui lire la collection des choses écrites à ce propos, depuis deux mois. Demain je serai en mesure de commencer un premier article (MALLARMÉ, Corresp., 1871, p.19). Exceptionnellement, il peut se faire qu'on soit en mesure de fixer en quelle année tel mot, inconnu jusque-là, est entré dans l'usage (VENDRYÈS, Langage, 1921, p.226):
13. La grande intuition de Pasteur, et d'où procèdent toutes ses conquêtes, ce fut de croire inébranlablement à la spécificité absolue des organismes microscopiques. Il l'affirma dès le principe, et avant même que d'être en mesure de l'établir.
CUÉNOT, J. ROSTAND, Introd. génét., 1936, p.75.
Absol. Être en mesure. Il doit concourir pour une place aux Beaux-Arts dans quinze jours; et, s'il n'est pas en mesure, il ne sera pas admis (SAND, Corresp., t.2, 1843, p.255). Êtes-vous en mesure? avez-vous complété votre appoint? (LABICHE, Chasse corb., 1853, III, 4, p.320).
Prononc. et Orth.: []. Éventuellement, après voyelle, []. Ex. la mesure []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1100 «détermination, estimation d'une grandeur» (Roland, éd. J. Bédier, 1035); 2. fin XIIe s. trover a sa mesure «trouver (quelqu'un) de valeur égale» (BÉROUL, Tristan, éd. E. Muret, 3980); 3. 1538 prendre la mesure de «déterminer et noter les dimensions de» (EST., s.v. metior). B. 1. Ca 1100 en quel mesure «à quel degré, de quelle façon» (Roland, 146); 2. 1121-23 «manière» (PH. DE THAON, Bestiaire, éd. E. Walberg, 2424); 3. 1180-1220 «moment opportun» (CONON DE BÉTHUNE, Chansons, éd. A. Wallensköld, VI, 38); 4. ca 1285 «possibilité» (La Chevalerie de Judas Macabé, éd. J. R. Smeets, 569); 5. 1640 (OUDIN Curiositez:prendre bien ses Mesures, [...] faire les choses à propos); 6. loc. a) fin XIIIe s. [ms.] a mesure «petit à petit» (JEAN RENART, Lai de l'ombre, ms. E, éd. J. Bédier, 1929, 34); b) 1280 a la mesure que «selon que, à proportion et en même temps que» (PHILIPPE DE BEAUMANOIR, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, XXI, 640); c) 1379 a mesure que (J. DE BRIE, Bon Berger, 106 ds T.-L.); au fur et à mesure, v. fur; d) 1550 à la mesure de (La Saincte Bible, Louvain, Eph., 4 C); 1876 dans la mesure où (DUPANLOUP, Journal, p.332). C. 1. Ca 1100 «modération» (Roland, 1725); 2. début XIIe s. sanz mesure «avec excès» (St Brendan, éd. E. G. R. Waters, 806). D. 1. Ca 1150 «quantité que peut contenir le récipient adopté par l'usage pour mesurer un volume» (WACE, St Nicolas, éd. E. Ronsjö, 308); 2. ca 1180 «perche qui sert à mesurer un terrain» (MARIE DE FRANCE, Fables, éd. K.Warnke, XC, 3); 3. ca 1200 «récipient pour mesurer les graines» (JEAN BEDEL, Del convoiteus et de l'envieus, 22 ds Fabliaux, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, t.5, p.212); 4. 1550 bonne mesure «quantité que l'on donne à un acheteur un peu au-delà de ce qui lui revient» (La Saincte Bible, Louvain, Luc, 6 E); 5. 1671 la mesure étoit comble (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettre à Coulanges ds Lettres, éd. M. Monmerqué, t.2, p.292). E. 1. Fin XIIe s. fig. «grandeur prise comme terme de comparaison» (Sermon Saint Bernard, éd. W. Foerster, p.159, 19); 1231 au propre (Ch. de Morvile sur Seille ds GDF. Compl.); 2. 1606 «quantité prise par unité» (NICOT); 3. 1718 avoir deux poids deux mesures «juger avec partialité» (Ac.). F. 1. 1377 aller et chanter par mesure «aller du même pied et chanter d'accord» (GACE DE LA BUIGNE, Roman des Deduis, éd. Å.Blomqvist, 10615); 2. 1538 «rythme divisant la durée d'une phrase musicale» (EST., s.v. modulatio); 3. 1557 versif. (DU BELLAY, Jeux rustiques ds Œuvres, éd. H. Chamard, t.5, p.118). G. 1. 1626 escr. estre en mesure, hors de mesure (RENÉ FRANÇOIS [le P. BINET] Essay des Merveilles de la Nature, chapitre 18 cité ds LIVET Molière); 2. 1659 «distance convenable pour parer ou porter un coup de fleuret ou d'épée» (DUEZ, Dict. fr.-ital.); 3. 1668 fig. mettre (qqn) hors de toute mesure «pousser à bout» (MOLIÈRE, Amphitryon, III, 2 ds Théâtre, éd. R. Bray, p.309); 4. 1780 fig. être en mesure de (faire qqc.) (Mme DE GENLIS, Théâtre d'éducation, t.3, p.132). Du lat. (n) (de mensum, supin de metiri «mesurer, estimer») «mesure, action de mesurer», «estimation, évaluation (au propre et au fig.)», «quantité, degré [spéc.: quantité en métrique]», «quantité considérée comme légale, norme» d'où, dans le domaine mor. «modération». D'apr. J. WETTSTEIN, «Mezura», L'idéal des Troubadours, Thèse, Zurich, 1945, p.27: «la mesure est une des idées essentielles de la philosophie chrétienne, en tant qu'elle constitue le lien entre l'infini et le fini, entre Dieu et la créature; la mesure est l'essence divine imitable par la créature»; la notion de mesure (avec ses corollaires mesurer, amesurer, desmesure, desmesurer, sens et raison) est un concept fondamental de la pensée médiév. et de la mor. courtoise; cf. avec B 5 l'a. prov. penre mezura «prendre des mesures» (ca 1290, P. ESPANHOL ds C. APPEL, Provenzalische Inedita, p.238 d'apr. LEVY). Fréq. abs. littér.:12926. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 15249, b) 13527; XXe s.: a) 17125, b) 24415. Bbg. GALL. 1955, p.69. — GOHIN 1903, p.337, 351, 372. — HUMBLEY t.2 1974, p.352.

mesure [m(ə)zyʀ] n. f.
ÉTYM. 1080; du lat. mensura, rac. metiri, « mesurer ».
———
I
1 Action de déterminer la valeur de (une grandeur) par comparaison avec une grandeur constante de même espèce, prise comme terme de référence ( 2. Étalon [cit. 1], unité. → ci-dessous, II.).REM. Mesure s'est d'abord appliqué à la détermination des longueurs, surfaces et volumes à l'aide d'un étalon concret (→ infra II., 1. et mesurer, I., 1.), puis s'est étendu à l'attribution d'un nombre fixant l'état d'une grandeur mesurable, par quelque procédé que ce soit (→ Mesurer, I., 2.). Détermination, évaluation (cit. 1), mensuration, mesurage, métrologie, rapport; calcul, mathématique(s); suff. -mètre. || La mesure d'une grandeur. || La valeur d'une mesure est considérée comme une approximation du nombre réel. Erreur (supra cit. 38 : erreur relative, absolue). || Degré d'approximation, précision d'une mesure. || Rapporter des mesures à une échelle (cit. 17). || Échelle de mesure. || Exactitude (cit. 21) d'une mesure. || Faire, effectuer des mesures. || Procéder à des mesures.Absolt. || La mesure. || Quantité qui comporte ou non la mesure. Mesurable, mensurable; immensurable (→ Inétendu, cit. 2). || Importance, rôle de la mesure dans les sciences exactes, dans les sciences de la nature ( Biométrie). || Introduction de la mesure dans les sciences humaines (psychologie, sociologie. Test; statistique).Mesure de l'étendue (cit. 4), de l'espace ( Dimension; largeur, longueur…; aussi géométrie, cit. 2). || Mesure du temps (horlogerie, minuterie…). || Appareil, instrument de mesure. || Unités de mesure (→ tableau page suivante). || Méthode de mesure. || Étalonner, vérifier un appareil de mesure.
1 Dans les sciences expérimentales, la mesure des phénomènes est un point fondamental, puisque c'est par la détermination quantitative d'un effet relativement à une cause donnée que la loi des phénomènes peut être établie.
Cl. Bernard, Introd. à l'étude de la médecine expérimentale, II, II.
2 (La physique) n'est parvenue à sortir de l'état qualitatif pour atteindre celui de science quantitative exacte qu'en s'appuyant constamment sur la mesure, c'est-à-dire en cherchant toujours à caractériser les aspects de la réalité à l'aide de nombres (…)
L. de Broglie, Physique et Microphysique, V.
3 La science des mesures, ou métrologie, était déjà (au XIXe s.) une science fort précise. Après les étalons de longueur, de masse et de capacité du nouveau système métrique, d'autres unités avaient vu le jour, et permettaient la mesure de nombreuses grandeurs physiques. Avec la thermodynamique, la température, jusque-là simple repère, prend figure de quantité mesurable. Bref, il n'est rien qui ne puisse être caractérisé par un nombre.
R. Viallard et M. Daumas, in Encycl. Pl., Hist. de la science, p. 907.
Systèmes de mesures. Avoirdupois, métrique; C. G. S.; M. K. S.; M. T. S. || Le système SI, système légal de mesure depuis 1961. || Divisions (décimales, centésimales), multiples (double, etc.) d'une unité de mesure. Centi-, déca-, déci-, hecto-, kilo-, méga-, milli-, myria-.
Unités de mesure :
des longueurs. Mètre (et comp.); aune, brasse, doigt, empan, lieue, ligne, palme, pas, pied, pouce, toise; mille, yard (anglais); archine, sagène, verste (russe); li (chinois); coudée, mille, stade (antiq.); brasse, encablure, lieue, mille, nœud, touée (mar.); et aussi angstrœm, micron; année-lumière, parsec.
des angles. Degré, grade, minute, radian, seconde, stéradian; et aussi sexagésimal.
des surfaces, des superficies. Carré (mètre,… carré); acre, arpent, are (cit.; et comp.), bidon, boisselée, canne, journal (II., 1.), perche, verge.
des capacités, des volumes. Cube (mètre,… cube); litre (et comp.); barrique, bichet, boisseau (1.), boujaron, canon (6.), chopine, demi-mesure, feuillette, gallon, hémine, jauge, litron, minot, muid, picotin, pièce, pinte, pipe, poisson, pot, quart, quartaut, quarte, rasière, roquille, sac, setier, tonneau, trémie, velte; cordée, stère (et comp.), voie (combustibles); conge (1.), médimne, mine, modius (antiq.); saa (Algérie); yu (Chine); jauge (I., 1.), tonneau (mesure du tonnage, du tirant d'eau d'un navire).
des vitesses (kilomètre-heure, kilomètre-seconde; nœud…), des accélérations.
des masses, des poids. Gramme (et comp.), tonne; grain (I., 9.), gros (IV., 2.), 2. livre (I., 1.), marc, once, quintal; as (antiq.); arrobe (esp.); carat (joaillerie); denier (soierie)…
des pressions. Atmosphère (2.), bar, barye, pièze (et comp.).
des températures. Degré, et aussi centigrade.
de la chaleur. Calorie, thermie; frigorie.
des forces, des puissances, du travail. Cheval (II.), dyne (et comp.), erg, horse-power, joule (et comp.), kilogrammètre, sthène (et comp.), watt (et comp.).
d'éclairage. Bougie, carcel, dioptrie, lumen, lux, phot.
Mesures électriques, magnétiques. Ampère, coulomb, farad, gauss, œrsted, ohm, volt.
de fréquence. Cycle, hertz.
d'intensité sonore. 2. Bel (et comp.).
du temps. Âge, an, année, heure, jour (II., 2.), lustre, minute, mois, seconde, semaine, siècle, tierce.
REM. La loi du 2 avril 1919 sur les unités de mesure comprend aussi les unités monétaires (franc, décime, centime, millime…). Monnaie.
tableau Noms d'appareils et d'instruments de mesure.
Sciences des mesures. Métrologie; acidimétrie, actinométrie, aérométrie, albuminimètre, alcalimétrie, alcoo(lo)métrie, anémométrie, anthropométrie, aréométrie, astrométrie, barymétrie, bathymétrie, calorimétrie, céphalométrie, chronologie, densimétrie, ébulliométrie, échométrie, électrométrie, goniométrie, granulométrie, hydrométrie, hygrométrie, hypsométrie, longimétrie, micrométrie, œnométrie, oxymétrie, ozonométrie, phonométrie, photométrie, planimétrie, psychrométrie, saccharimétrie, spectroscopie, sphérométrie, sphygmographie, sulfitométrie, télémétrie, tribométrie, trigonométrie, uranométrie.
Techniques particulières de mesures des longueurs ( Aunage, métrage), des superficies ( Arpentage), des volumes, des capacités ( Codage, jaugeage, minage, stérage, veltage).
Math. || Théorie de la mesure : branche des mathématiques qui étudie les formes linéaires sur certains espaces vectoriels de fonctions numériques. || « Le concept de mesure est beaucoup plus général que celui de mesure au sens usuel utilisé en métrologie dans les autres sciences expérimentales et techniques et qui consiste à affecter à certains sous-ensembles d'un ensemble E un nombre réel positif satisfaisant à certaines conditions (mesure d'un segment, d'un angle, etc.). La théorie de la mesure est aujourd'hui pratiquement synonyme de théorie de l'intégration. Elle comprend comme application importante la théorie des probabilités » (Bouvier et George).
2 (V.1150). Grandeur (et, spécialt, dimension) déterminée par la mesure. || Mesure double d'une autre. || Mesure à vérifier. || Ajuster qqch. à une mesure.Math. || Mesure d'un ensemble : nombre réel définissant avec précision cette grandeur associée à un ensemble (nul s'il est vide, positif dans le cas contraire). Espace, métrique.
Prendre les mesures d'une pièce, d'un meuble, en déterminer les dimensions par des mesures. (Par métaphore → Fil, cit. 27).
Vx. Dimension. Taille.
4 Le bec de la cigogne y pouvait bien passer,
Mais le museau du sire était d'autre mesure.
La Fontaine, Fables, I, 18.
(V. 1175). || La mesure, les mesures de quelqu'un, les dimensions caractéristiques de son corps.Prendre la mesure, les mesures de qqn. || Les mesures d'une star de cinéma, d'un modèle, d'un mannequin (tour de taille, de poitrine, etc.). Tour.Chapelier qui prend la mesure de la tête avec un conformateur.Tailleur qui fait un vêtement aux mesures de son client. — ☑ (XIXe). Sur mesure(s). || Complet, costume sur mesure, sur commande (opposé à de confection, tout fait). → Long, cit. 11.
Sur mesure, se dit de ce qui est spécialement adapté à une personne ou à un but.
5 Un extérieur simple est l'habit des hommes vulgaires, il est taillé pour eux et sur leur mesure (…)
La Bruyère, les Caractères, II, 17.
Vx. || Donner mesure : fournir ses mesures.
6 Vieillard ! va-t'en donner mesure au fossoyeur
Hugo, Hernani, I, 2.
(Déb. XXe). Fig. || Un bonheur (cit. 32) sur mesure.
7 La philosophie bergsonienne veut que l'on pense sur mesure et que l'on ne pense pas tout fait.
Ch. Péguy, Note conjointe, « Sur Bergson », p. 23.
8 (…) cette forêt sur mesure où se prolonge Paris (le bois de Boulogne)
Aragon, les Cloches de Bâle, XIX.
3 Fig. Appréciation de la valeur, de l'importance d'une chose. Évaluation (→ Enorgueillir, cit. 2). || Ces misères échappent à toute mesure (→ Futilité, cit. 4).
9 Le temps fuyait, et il (Philippe) n'en avait ni le sentiment ni la mesure.
A. Hermant, l'Aube ardente, VII.
Par ext. Valeur, capacité, dimension (fig.) appréciée ou estimée (souvent par comparaison avec un terme de référence). || La mesure de ses forces, de son talent… || L'imagination (cit. 14) étend la mesure des possibles, le champ, le domaine des choses possibles (→ aussi Gagner, cit. 45). || Prendre la mesure de son auditoire (cit. 6), évaluer, estimer ses caractères particuliers, son niveau intellectuel. — ☑ (1826). Donner (toute) sa mesure, la mesure de son talent, en montrant ce que l'on sait faire, ce dont on est capable.
10 Il ne faudrait cependant pas attribuer cette hardiesse, qui est le cachet des grands artistes, uniquement à ce don de renouvellement ou de rajeunissement du talent par des moyens nouveaux. Il est des hommes qui donnent leur mesure du premier coup, et dont la sublime monotonie est la principale qualité.
E. Delacroix, Écrits, Journal, 1er mars 1859.
4 (Dans des loc.). Proportion, rapport. — ☑ (1550). À la mesure de : qui correspond, est proportionné à… Échelle (cit. 22). → Comprimer, cit. 17; éternel, cit. 18. || Un adversaire (cit. 8) à sa mesure. || Sa réussite n'est pas à la mesure de son ambition. || Une architecture à la mesure de l'homme. || Le fléau (cit. 6) n'est pas à la mesure de l'homme.
11 — Penses-tu (…) que Phili soit à la mesure de ce que tu lui donnes ?
F. Mauriac, le Nœud de vipères, XX.
(1845). Dans la mesure de…, où… : dans la proportion de…, où…, pour autant que… || Dans la mesure du possible (→ Évolution, cit. 10). || Dans une certaine mesure, dans une plus ou moins large mesure (→ Incidence, cit. 5), dans une mesure quelconque (→ Assouplir, cit. 6). Degré, point (jusqu'à un certain degré, un certain point). || Dans la mesure, l'exacte mesure où… (→ Accessible, cit. 5; explicable, cit. 4).En quelque mesure (→ Fonction, cit. 10).
12 (…) il se représenta vivement que les choses désirables de la vie (…) s'éloigneraient ou se rapprocheraient de lui, Wazemmes, exactement dans la mesure où il se rapprocherait et s'éloignerait de cet état de patron (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, XX, p. 237.
13 Dans la mesure où il permet une action cohérente, dans la mesure où il exprime une situation concrète, dans la mesure où des millions d'hommes y trouvent un espoir et l'image de leur condition, le matérialisme doit enfermer indubitablement des vérités.
Sartre, Situations III, p. 175.
Loc. prép. À mesure de… (vx) : en proportion de. Raison (en raison de).
14 (Les Romains) augmentaient toujours leurs prétentions à mesure de leurs défaites (…)
Montesquieu, Grandeur et décadence des Romains, I.
Loc. conj. À mesure que (marquant la progression dans la durée) : à proportion que, et, par ext., en même temps que (→ Élargir, cit. 10; esprit, cit. 133). || On s'aime (cit. 69) à mesure qu'on se connaît mieux.REM. Cette expression s'emploie le plus souvent avec un comparatif, ou en rapport avec un verbe de mouvement.
15 À mesure qu'augmentait leur ivresse, ils se rappelaient de plus en plus l'injustice de Carthage.
Flaubert, Salammbô, I.
16 (…) Delobelle continuait à engraisser à mesure que sa « sainte femme » maigrissait davantage.
Alphonse Daudet, Fromont jeune et Risler aîné, IV, III.
Au fur et à mesure. Fur (cit. 2 à 7, et rem.).
Loc. adv. À mesure. Peu (peu à peu), successivement (→ Gaspiller, cit. 1; improvisation, cit. 7).
17 Sous le péristyle, au bas de l'escalier, était un amas immense de babouches, laissées à mesure par les entrants.
Nerval, Voyage en Orient, « Druses et Maronites », IV, III.
———
II
1 Quantité prise pour terme de comparaison dans l'évaluation des grandeurs de même espèce.REM. Mesure, dans ce sens ne se dit que des unités de longueur, de surface et de volume (capacité), c'est-à-dire de mesures spatiales, représentables par des étalons concrets (aune, chaîne d'arpenteur, récipient…). — Poids et mesures. Poids. || Mesures de longueur (cit. 5), linéaires (cit. 0.1), itinéraires. || Mesures de superficie, mesures agraires. || Mesures de capacité (→ ci-dessus, la liste des unités de mesure). || Mesures volumétriques.La face (cit. 10), la tête, mesure adoptée en art pour l'établissement d'un canon du corps humain. aussi Module.
18 En 1788, le vœu d'une mesure uniforme fut consigné dans les cahiers de quelques bailliages (…) Le système incohérent de nos mesures (…) avait un vice originel qui en fit hâter l'abolition : la confusion qui y régnait était en grande partie l'ouvrage de (la) féodalité… (Le 8 mai 1790), l'Assemblée rendit un décret par lequel le roi était supplié d'écrire à S. M. Britannique, et de la prier d'engager le Parlement d'Angleterre à concourir avec l'Assemblée nationale à la fixation de l'unité naturelle des mesures et des poids.
Méchain et Delambre, in R. Massain, Physique et Physiciens, p. 26.
Loc. fig. Auner (cit. 3) qqch à sa mesure. — ☑ Avoir deux poids et deux mesures, deux mesures, deux balances (cit. 7). — ☑ Vx. Agir avec poids et mesure, tout faire par compas et par mesure : agir avec circonspection, lenteur, sans rien laisser au hasard.
19 De mesure et de poids je changeais à leur gré.
Racine, Athalie, III, 3.
2 (V. 1155). Récipient de capacité connue, servant à l'évaluation des volumes. || Une mesure à grains. || Remplir, vider une mesure.
Quantité (de grains, de liquide) que contient une mesure (ou un récipient déterminé). || Donner deux mesures d'avoine à un cheval. aussi Charge, dose, ration.
20 Comme (…) le fourrier criait : « Eh bien ! et la mesure, tu ne veux pas la bouffer », il perdit la tête et la vida n'importe où (…)
R. Dorgelès, les Croix de bois, II.
Loc. fig. (1671). La mesure est comble. 2. Comble.Combler (cit. 1 et 2) la mesure. — ☑ (1550). Faire bonne mesure. Donner (en donner à qqn pour son argent); générosité.
21 Fouquet essaya enfin, un jour, de se compléter dans cette sorte de ménage et d'établissement royal, en se donnant La Vallière pour maîtresse. Il s'adressa imprudemment à elle, sans se douter à qui elle était déjà. Mais ce jour-là, il avait comblé la mesure, et toutes les colères, depuis plusieurs mois accumulées, débordèrent.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 12 janv. 1852.
Allus. littér. Mesure pour mesure, comédie de Shakespeare (par allus. à la formule de l'Évangile : → Juger, cit. 6; et aussi œil pour œil…).
3 Commune mesure. a Math. || Quantités qui ont une commune mesure. Commensurable. Quantité prise pour unité et servant à exprimer les rapports avec d'autres quantités homogènes. || Il n'y a pas de commune mesure entre la diagonale et l'un des côtés du carré, entre le rayon et la circonférence d'un cercle. Incommensurable (cit. 5, par métaphore).
b Fig. (En phrase négative). Commune mesure : moyen d'apprécier deux choses l'une par rapport à l'autre. Rapport (→ Aventure, cit. 19; croire, cit. 18). || Il n'y a aucune commune mesure entre Shakespeare et ses contemporains, sa valeur est incomparablement plus grande.
4 Fig. Moyen d'apprécier une chose de même nature par une sorte d'étalon.
22 Notre représentation de la matière est la mesure de notre action possible sur les corps; elle résulte de l'élimination de ce qui n'intéresse pas nos besoins et plus généralement nos fonctions.
H. Bergson, Matière et Mémoire, p. 25.
23 Inconcevables contradictions d'une pensée qui prône l'effort, qui glorifie l'effort et songe à le supprimer. Comme si l'effort n'était pas la mesure même de l'être !
G. Duhamel, Scènes de la vie future, XV.
Allus. philos. L'homme est la mesure de toutes choses (Protagoras).
———
III
A
1 (V. 1165). Vx. Quantité, dimension déterminée, considérée comme normale, souhaitable… — ☑ Loc. De mesure. || « (…) Son bois saisi pour n'être de mesure » (Régnier, Satires, 15).Mod., fig. || La mesure ordinaire, naturelle (→ Besoin, cit. 13). || La juste, la bonne mesure. Accord, milieu (juste milieu), tempérament.Absolt.Dépasser (cit. 11), excéder la mesure. Borne, limite. || Au delà de toute mesure. Extrême (à l'). — ☑ Prov. Trop et trop peu n'est pas mesure.
24 (…) vous poussez la tristesse au-delà de toutes les mesures.
Mme de Sévigné, 254, 4 mars 1672.
25 Je demande à un croquis d'être libre, rapide, incisif, mordant, forcé. Je lui demande de passer la mesure, d'outrer la vérité pour la faire mieux sentir.
France, la Vie en fleur, XXIX.
Loc. Outre mesure. Excessivement. — ☑ Sans mesure. Démesuré, illimité (→ Autel, cit. 19; bienfait, cit. 11; bride, cit. 11).Vieilli. || Un courage sans mesure. Immense. || Se donner (cit. 71) sans mesure. Immodérément.
2 Cour. Modération dans le comportement. Circonspection, précaution, retenue (→ Acheminer, cit. 8). || Dépenser avec mesure. Économie. || S'habiller avec mesure, d'une manière correcte. || Parler avec mesure. Ménagement (→ Austérité, cit. 15). || Langage plein de mesure (→ Infériorité, cit. 2). || Dire avec mesure les choses les plus fortes (→ Maître, cit. 40). || Caractère plein de mesure. Équilibre (3.). → Étranger, cit. 16. || Le sens de la mesure (→ Hyperbole, cit. 2). || Le goût de la mesure et de la symétrie.
26 La mesure est objective : c'est quelque chose qu'on prend en dehors de soi pour se régler. Modération et modestie annoncent un esprit de douceur et d'humilité (…) Mais mesure désigne quelque chose d'extérieur, d'emprunté, qu'on a ou qu'on n'a pas (…)
Lafaye, Dict. des synonymes, Retenue.
27 Idées de Paris, fantaisie de Paris (…) Oui, mais aussi sagesse de Paris. Paris puise en lui-même sa sagesse et sa modération. Il n'est mesure que de Paris.
Colette, Belles saisons, p. 79.
B XVIIe, in Brunot, H. L. F., t. IV, p. 578. (Une, des mesures).
1 Manière d'agir proportionnée à un but à atteindre (se dit surtout en parlant d'actes officiels). Acte (I., A.), disposition, moyen…; batterie (vx), calcul, combinaison. || Mesure incomplète, insuffisante. Demi-mesure. || Mesures efficaces, décisives, sévères (→ Contentieux, cit. 1). || Mesure arbitraire. || Mesures de circonstance, d'urgence (→ Garantir, cit. 18). || Prendre, suivre des mesures (→ Assurer, cit. 24). || Étudier les mesures à prendre. || Prendre toutes mesures pour… || Appliquer une mesure (→ Établir, cit. 22).Mesure de justice (→ Débat, cit. 4), d'économie. || Mesure d'ordre politique (→ Chose, cit. 28), de salut public (→ Maintien, cit. 7). || Mesures exceptionnelles (cit. 2). || Mesure attentatoire à la liberté, à la justice…
28 Il y a peu de règles générales et de mesures certaines pour bien gouverner (…)
La Bruyère, les Caractères, X, 32.
29 Une circulaire du ministre de la guerre et du ministre de la Police Générale annonça que des mesures vigoureuses confiées aux chefs des commandements militaires avaient été prises pour étouffer l'insurrection dans son principe.
Balzac, les Chouans, Pl., t. VII, p. 818.
Dr. || Mesure comminatoire. || Mesure disciplinaire. || Mesure de sûreté, qui se distingue de la peine en ce « qu'elle n'a pour objet que d'assurer la défense sociale en dehors de toutes considérations d'ordre moral » (Capitant). || Mesures préventives, de prévoyance. || Mesure provisoire, prise pour régler momentanément une situation urgente. || Mesure conservatoire.Mesure d'instruction, ordonnée afin d'éclairer le tribunal sur les prétentions du demandeur (dr. civ., procéd. pén.).Consigner un bâtiment par mesure sanitaire.
2 Vx. Manière d'agir avec modération; précaution, ménagement (même valeur que III., A., 2.).
30 Têtebleu ! ce me sont de mortelles blessures,
De voir qu'avec le vice on garde des mesures (…)
Molière, le Misanthrope, I, 1.
C Succession régulière ou périodique de divisions temporelles d'égale valeur.
1 (1538). « Division de la durée (…) en plusieurs parties égales, assez longues pour que l'oreille en puisse saisir et subdiviser la quantité, et assez courtes pour que l'idée de l'une ne s'efface pas avant le retour de l'autre, et qu'on en sente l'égalité » (Rousseau, Dict. de musique). Cadence, mouvement, rythme; métronome. || Tenir compte de la mesure (→ Exécutant, cit. 1). || Marquer, scander, battre (cit. 26) la mesure (→ Fanfare, cit. 2; frapper, cit. 46). || Suivre la mesure. || Presser, ralentir la mesure. — ☑ Loc. adv. En mesure : en suivant la mesure, et, par ext., en cadence, à intervalles répétés. || Battre (cit. 58), jouer en mesure (→ Ignorant, cit. 7).
31 Mais il s'ennuya vite à battre seul, il lui manquait, pour s'échauffer, la cadence double des fléaux, tapant en mesure; et il appela Françoise, qui l'aidait souvent à cette besogne (…)
Zola, la Terre, III, VI.
32 (…) seule la vieille Rose, la face noyée, continuait à fredonner une polissonnerie de l'autre siècle, un refrain de sa jeunesse, dont sa tête branlante marquait la mesure.
Zola, la Terre, II, VII.
Chacune des divisions formant la mesure. || Une, des mesures. || Mesure binaire, à deux, quatre temps. || Mesure à deux-quatre, deux-huit, deux-seize…, à quatre-quatre, etc. || Mesure ternaire, à trois temps (à trois-deux, trois-quatre, trois-huit, six-huit, neuf-huit, douze-huit…). || Attaque sur le temps faible de la mesure. Contretemps. || Compter une mesure pour rien avant de commencer à jouer. || Barre de mesure. || Groupe de notes précédant la première barre de mesure. Anacrouse. || Mesure simple, dont chaque temps correspond à une valeur simple, divisible par deux (ex. : trois-quatre, trois noires); mesure composée où le temps correspond à une valeur pointée, divisible par trois (ex. : neuf-huit, trois noires pointées).
33 Dès qu'on eut pris l'habitude de renfermer chaque mesure entre deux barres, il fallut nécessairement proscrire toutes les espèces de notes qui renfermaient plusieurs mesures. La mesure en devint plus claire (…) Jusque-là la raison triple avait passé pour la plus parfaite : mais la double prit enfin l'ascendant, et le C, ou la mesure à quatre temps, fut prise pour la base de toutes les autres. Or la mesure à quatre temps se résout toujours en mesure à deux temps (…)
Rousseau, Dict. de musique, Mesure.
Fig. || Une mesure pour rien : un temps, une action inutile.
34 (les) jours radieux qui me semblaient revêtir de l'aspect banal de l'universel été cette côte de brumes et de tempêtes, y marquer un simple temps d'arrêt, l'équivalent de ce qu'on appelle en musique une mesure pour rien (…)
Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, Folio, p. 570.
(Danse). || Suivre la mesure (→ Lourd, cit. 10). || Danser, suivre qqn en mesure (→ Démener, cit. 2).
2 (1580). Versification. Structure métrique du vers ( Mètre); groupe rythmique constituant un tout et séparé d'un autre groupe par la coupe. Métrique, versification. || Diversité de la mesure (→ Croisure, cit.). || Garder la mesure (→ Hexamètre, cit. 1). || Vers de mesure inégale (cit. 5), à mesure constante ( Monomètre).
35 L'allemand est peut-être la seule langue dans laquelle les vers soient plus faciles à comprendre que la prose; la phrase poétique, étant nécessairement coupée par la mesure même du vers, ne saurait se prolonger au delà.
Mme de Staël, De l'Allemagne, II, IX.
36 On appelle didactique un poème dans lequel il est évident que l'idée existait avant la forme que le poète lui a donnée. Il a fait miracle, pourtant, logeant l'idée dans l'étroite mesure, et la bornant par la rime à point nommé.
Alain, Propos, 24 août 1921, Matière et forme.
Manège. || « La mesure, la cadence d'un cheval » (Académie).
D (1626, rompre la mesure).
1 (Escrime; dans des loc.). Distance convenable pour porter ou pour parer un coup (à l'épée ou au fleuret). || Être à la mesure, en mesure, hors de mesure. || Perdre la mesure, ses mesures. || Rompre, lâcher la mesure, les mesures (→ Expert, cit. 2) : se mettre hors de portée de l'adversaire. || Garder la mesure : conserver la distance convenable.
37 (…) dans un combat à l'épée (…) les mouvements doivent être plus sobres, les attaques moins fournies à fond. Mais la connaissance des temps y acquiert (…) une bien plus grande importance, de même celle de la mesure.
M. Maindron, in Grande Encycl. (Berthelot), art. Escrime.
Par métaphore :
38 Tu vas sortir de garde, et perdre tes mesures.
Corneille, le Menteur, III, 3.
2 (1779). Être en mesure de… : être à même de…, avoir la possibilité de… État (en état). || Je ne suis pas en mesure de te répondre. || Mettre qqn en mesure de… (→ Labeur, cit. 3).
39 (…) je ne suis point en mesure de tester, pour des raisons à moi connues.
Balzac, Autre étude de femme, Pl., t. III, p. 246.
40 Quant à la Banque, elle jette au débiteur, du haut de ses comptoirs, cette parole pleine de raison : — Pourquoi n'êtes-vous pas en mesure ? à laquelle malheureusement on ne peut rien répondre.
Balzac, Illusions perdues, Pl., t. IV, p. 922.
CONTR. (Du sens III.) Démesure, exagération, excès, hyperbole. — Dévergondage, emportement, frénésie, indiscrétion, violence. — Partialité.
DÉR. Mesurer. — (Du lat. mensura) V. Mensurabilité, mensurateur, mensuration.
COMP. Démesure, demi-mesure. — Contre-mesure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mesure — Mesure, f. penac. Signifie ores la quotité d une quantité, comme de terres, prez, vignes, bois, draps, toiles. Selon laquelle signification l on dit l arpent estre la mesure d un terroir, et la perche estre la mesure de l arpent, et le pied celle …   Thresor de la langue françoyse

  • mesure — MESURE. s. f. Ce qui sert de regle pour determiner l estenduë d une quantité. Mesure juste. fausse mesure. mauvaise mesure. vendre à faux poids & à fausse mesure. mesure rase. mesure comble. les mesures du bled, du vin &c. sont differentes selon… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • mesuré — mesuré, ée (me zu ré, rée) part. passé de mesurer. 1°   Dont on a pris la mesure. Espace mesuré le mètre à la main. 2°   Fig. Apprécié moralement, intellectuellement. Les hommes mesurés d après le savoir. •   Ce n est point sur les exploits des… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Mesure — (frz., spr. sühr), älteres Flüssigkeitsmaß in Brüssel = 0,902 l …   Kleines Konversations-Lexikon

  • mesuré — Mesuré, [mesur]ée. part …   Dictionnaire de l'Académie française

  • mesure — (me zu r ) s. f. 1°   Nom donné à l unité conventionnelle que l on compare avec les objets pour en connaître le rapport. Mesures de longueur, de capacité, de solidité. Étalonner des mesures. Le système des poids et mesures. Vendre à faux poids et …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MESURE — s. f. Ce qui sert de règle pour déterminer la durée du temps, ou l étendue de l espace, ou la quantité de la matière. Le mouvement sert à la mesure du temps. Mesures linéaires, itinéraires, agraires, géodésiques. Mesures de longueur, de capacité …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MESURE — n. f. Résultat de la comparaison d’une grandeur à une autre grandeur de la même espèce, exprimé par leur rapport. La mesure d’une surface. La mesure d’un volume. La mesure du kilomètre comparée au mètre est égale à mille. MESURE signifie encore… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • mesure — nf. ; instrument de mesure ; petite baguette taillée à la longueur convenable et qui sert de gabarit (pour choisir des chaussures neuves...) ; mesure de charpentier : MeZRÀ (Albanais.001b, Saxel.002b | 001a,002a, Annecy.003, Balme Si., Combe… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Mesure —          BLUM (Léon)     Bio express : Écrivain et homme politique français (1872 1950)     «Ne perdons pas de vue qu entre l autorité pratiquement indispensable à tout gouvernement et la liberté légitimement revendiquée par les peuples et les… …   Dictionnaire des citations politiques


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.